Articles

Les quatre piliers de l'apprentissage

Neurosciences

L’attention

L’attention est la capacité que nous avons à nous ouvrir à la réalité.

L’attention sert à sélectionner les informations.

L’engagement actif

Stanislas Dehaene écrit : “Un organisme passif n’apprend pas. L’élève sera d’autant plus actif et engagé quand il aura envie de faire l’action. Cette envie est déclenchée quand l’activité lui plaît, qu’il y voit un intérêt personnel.”

Le retour d’information

L’apprentissage se déclenche lorsqu’un signal d’erreur montre que la prédiction générée par notre cerveau n’est pas parfaite.

Il ne peut pas exister d’apprentissage quand tout est parfaitement prévisible.

La consolidation

L’automatisation des connaissances est essentielle. L’automatisation est le fait de passer d’un traitement conscient, avec effort à un traitement automatisé, inconscient.

Il est essentiel de répéter une connaissance nouvellement acquise :

  • Pour mémoriser une information, notre cerveau a besoin de trois passages au minimum,
  • Pour intégrer une nouvelle habitude, il a besoin de 21 jours.

Les neurosciences démontrent donc que :

L’erreur ou l’incertitude sont normales – elles sont même indispensables.

Les punitions face aux erreurs ne font qu’augmenter la peur, le stress, et le sentiment d’impuissance inutilement. Les punitions sont néfastes aux apprentissages.

La motivation positive et les encouragements stimulent l’apprentissage. Les meilleurs encouragements résident dans le regard des autres et la conscience de progresser, ils ne sont pas synonymes de récompenses.